The Shift Project publie son premier rapport relatif aux enjeux publics locaux

Olivier ABULI, consultant conseil et analyses

2 novembre 2021

Créé en 2010, « TPS » est une association reconnue d’intérêt général. Présidée par Jean-Marc Jancovici, elle vise « à éclairer le débat sur la transition énergétique et à œuvrer en faveur d’une économie libérée de la contrainte carbone ». Doté d’une équipe pluridisciplinaire et d’un comité d’experts, le think tank est principalement financé par le mécénat d’entreprises.
Mi-septembre, le « Shift » a présenté son premier rapport d’analyses et de préconisations dédié aux décideurs locaux : « la résilience des territoires, pour tenir le cap de la transition écologique »2.
Un memento pratique et méthodologique, qui apporte la plus-value d’un regard externe sur les politiques territoriales.

Trois volumes articulés en parcours, une approche adaptée aux particularité locales


La logique du rapport repose sur une progression dans l’exposé des questionnements et problématiques, destinée à guider les acteurs locaux dans l’élaboration d’une stratégie d’action à long terme, cohérente avec les enjeux et les moyens à date de chaque territoire. Mais sa partition en volumes, organisés par entrées thématiques et présentation de cas pratiques, facilite tout autant des lectures plus ciblées en fonction des attentes ou d’objectifs particuliers. Il convient ici de souligner le soin tout particulier qui a été apporté à la lisibilité de l’ensemble : mise en page, clarté des concepts et définitions, portée pédagogique des diagrammes et schémas…


Tome 1 : « Comprendre… »

Ce premier volet décrit et qualifie les enjeux de transition écologique sur la base d’une synthèse des connaissances et projections scientifiques sur l’évolution climatique et de ses interactions avec la question énergétique. Le propos est d’en mesurer la portée, d’admettre « que le monde que nous connaissons a déjà disparu » et d’anticiper de profondes mutations des modes de vie et des activités « à hauts risques » sociaux.


Tome 2 : « Agir… »

La seconde partie invite les responsables locaux à agir sans délai pour infléchir les politiques publiques et préparer leur territoire aux multiples facteurs de fragilisation qui se dessinent. Le spectre est large. Au-delà de la vulnérabilité de certaines types de productions et d’infrastructures aux risques naturels, il faut considérer la potentialité de troubles engendrés par la transformation radicale des paradigmes économiques. Agir donc, mais pas au coup par coup, partiellement ou en ordre dispersé !


Pour optimiser la capacité de résilience, une grille d’action transverse et systémiques à cinq entrées est proposée : l’évolution de l’administration / l’alimentation / l’urbanisme et l’aménagement / l’économie et l’emploi / la santé et le bien-être.


Tome 3 : « Organiser… » 

Mais par quel bout s’y prendre ? Comment être efficaces pour tendre, sur un temps relativement « court », vers une structure territoriale mieux préparée aux crises, moins dépendante de ressources finies, à la fois plus sobre et solidaire ? Les défis sont considérables. En conséquence, de l’aveu même des auteurs, il n’existe pas encore d’approche méthodologique balisée.


Ils n’en livrent pas moins au lecteur quelques conseils et préconisations issues de l’observation d’initiatives et expérimentations locales, premiers jalons d’un long chemin qu’il reste à défricher.


Deux préalables sont ainsi posés.


Le premier est que la coopération constitue « la condition » de la réussite : nul - individu, organisation, collectivité - ne peut être seul résilient dans un monde d’interactions. Sensibiliser, informer, consulter, mailler, associer… ces verbes constituent une matrice intangible pour une adhésion contributive aux changements collectifs qui sont à conduire. Le second réside dans la capacité des collectivités et administrations locales à se réformer (prise de décisions, process internes, coopérations, vision et temporalité élargies…) pour atteindre une transversalité et une linéarité de l’action publique et de l’affectation des moyens. En résumé : moins « faire pour », plus « faire avec et ensemble ».


Faire évoluer la gouvernance et le fonctionnement interne des collectivités


Les recommandations relatives aux collectivités se partagent entre le chapitre 6 (second volume, « Agir » - bâtir une administration territoriale au service de la transition) et les chapitres 14 et 15 (troisième volume, « Organiser » - faire preuve de responsabilité / financer la résilience) de ce rapport.


Centrées sur la gouvernance, l’organisation interne et la conduite des projets, elles ne surprendront pas les praticiens des instances territoriales. Sous l’angle d’une transition écologique qui devrait se trouver au cœur du projet politique et de la feuille de route de l’administration, elles pointent des freins plus généraux qui entravent toujours le potentiel d’entraînement de nombre de collectivités : formation insuffisante des élus et agents, faiblesse de l’ingénierie, caducité des documents de planification, projet de territoire réduit à un programme d’investissements, absence ou refus de coopérations locales…

C’est donc un appel à l’intelligence collective, à la transformation des administrations et au dépassement de rivalités historiques ou partisanes qui est lancé par les auteurs. L’objectif : combiner un portage politique fort avec et l’évolution des pratiques, grâce à des élus ancrés dans une culture de la coproduction politique.